Un objectif compact pour mon Lumix

Aujourd’hui, j’ai réceptionné le nouveau petit jouet pour mon Lumix G80 (ou 81 selon les pays). Ce dernier, un hybride au format 4/3 est venu épauler mon compact Lumix LX7, l’an dernier. Ce LX7 commence à dater un peu (2013) avec son capteur 1’’ et tout ne fonctionne plus très bien, mais j’aime bien l’emmener pour les sorties à vélo plutôt que de faire confiance au seul téléphone, qui ne dispose pas de zoom et est plus limité en basse lumière. Avec ses 300 petits grammes et sa construction robuste, il passe à l’aise dans une poche de maillot.

Le Lumix LX7, un compagnon fidèle, mais un peu marqué par les ans.
Lire la suite “Un objectif compact pour mon Lumix”

Je suis en pleine réflexion sur mes usages des réseaux sociaux et autres plateformes de partage de photos. Pour ce dernier point, j’ai définitivement fermé mon compte Instagram, je n’en pouvais plus. J’ai encore des images “propulsées” par Koken ici, mais ce logiciel a été abandonné et s’il fonctionne encore c’est une voie sans issue. Pixelfed, cet “instagram libre” fonctionne plutôt bien, mais c’est un peu la logique du flux qui me dérange, comme elle me dérangeait dans Instagram. Du coup, je me suis intéressé à mon vieux compte Flickr, un peu laissé en jachère ces derniers temps. Un service qui a bien progressé, par petites touches, depuis son rachat par les patrons de Smugmug. En espérant juste qu’il tiennent le coup financièrement. Peut-être l’occasion de repasser sur un compte “Pro” pour soutenir l’effort.

The Collarbone: une clavicule pour une pétée de belles photos

Vous aimez le vélo, les belles images, vous disposez d’un iPad et êtes disposé à payer (un peu) pour ce travail? L’application The Collarbone (la clavicule) vaut le détour, surtout qu’elle est livrée avec quelques galeries de démonstration. Ensuite les reportages s’achètent au prix de 1.- soit le quart du prix d’un café dans nos contrées helvétiques.

Nommée d’après l’os de l’épaule que tout cycliste craint de se casser lors d’une chute, The Collarbone entend surtout rendre compte de la vie quotidienne du peloton, parfois dramatique, parfois drôle, souvent difficile.

Lire la suite “The Collarbone: une clavicule pour une pétée de belles photos”