“C’est la mesure qui fait la sagesse des humains”

Après « J’arrête de fumer », Nicolas Donzé détaille les effets de l’alcool.

En 2015, le CIPRET avait fait appel à Nicolas Donzé, biologiste-chef adjoint à l’Institut Central des Hôpitaux, pour sa campagne « J’arrête de fumer ». Avec une série de brèves vidéos consacrées à la nicotine, le plaisir et l’effet de la substance sur le cerveau, le spécialiste a pu soutenir des dizaines de personnes soucieuses de se libérer de cette dépendance.

«Un Valaisan qui a cessé de fumer grâce à cette campagne du CIPRET m’a dit qu’il trouverait génial de faire la même chose avec l’alcool», explique Nicolas Donzé. Aussitôt pensé, aussitôt fait, ou presque…

Le critique de vins, une subjectivité assumée – Le Temps

«Certains sujets s’imposent d’eux-mêmes: c’est le cas du champagne, qui fait l’objet d’un dossier chaque année avant les Fêtes dans le T Magazine. Dans ce cas précis, l’intérêt est aussi économique. Il s’agit d’attirer la publicité des grandes maisons de champagne. Ni les sujets à traiter ni les cuvées à sélectionner ne sont imposés. Mais la liberté n’est pas totale, impossible de parler des meilleurs vins effervescents de Suisse dans ce genre de numéro: les Champenois sont particulièrement jaloux de leurs bulles.»

Cela a le mérite de la transparence, mais ce qui serait bien, ce serait de prévenir les lecteurs dans le “T Magazine” lui-même. Je n’ai jamais compris la logique qui ferait d’un produit construit sur une logique “donnant-donnant” entre rédaction et publicité un journal crédible pour le lecteur.

A lire sur le site du Temps: Le critique de vins, une subjectivité assumée – Le Temps

Une smartwatch bon marché révèle la position et les données de 5000 enfants

Vouloir “tracer” vos enfants n’est peut-être pas une si bonne idée. Pour cette raison parmi d’autres.

«Cet objet connecté permet aux parents de suivre la géolocalisation de leur enfant, d’effectuer des appels vocaux et de recevoir des notifications lorsque leur progéniture quitte une zone prédéfinie, explique ZDNet. Et ce grâce à un système d’appareillage entre la montre et le smartphone du parent. Problème : toutes ces informations sont également à disposition de pirates informatiques mal intentionnés.»

Lire ici: Non sécurisée, une smartwatch bon marché révèle la position et les données de 5000 enfants

Risquer de mourir pour 50 francs: qui sont les irresponsables?

Le National veut une taxe de 50 francs pour toute admission aux urgences – rts.ch – Suisse

Tout frais du jour et pas sûr que ce soit une bonne nouvelle pour tout le monde.

La proposition entend imposer une taxe de 50 francs pour toute admission aux urgences hospitalières. Celle-ci ne serait pas imputée sur la franchise ou la participation aux coûts. Les enfants et les adolescents, de même que les patients envoyés par un médecin et les malades dont le traitement nécessite par la suite une hospitalisation, pourraient en être exemptés.

Et comment on fait pour savoir à l’avance si ce qu’on a est grave ou pas?

En août 2017, j’avais une douleur au niveau des côtes. Comme j’en avais déjà cassé quelques unes par le passé, je ne me suis pas trop inquiété, vu que le traitement consiste surtout à ne rien faire.

Je ne suis pas rendu aux urgences avant trois jours.

Mais j’y étais allé tout de même. Verdict: embolie pulmonaire et j’aurais d’û y aller plus tôt.

Aujourd’hui, avec 50 francs à payer en plus d’avoir peur de « déranger » les urgences pour rien, j’aurais peut-être attendu un ou deux jours de plus.

Et je serais peut-être mort.

Les transports motorisés engendrent des coûts de près de 90 milliards par année

Le Nouvelliste:

Après prise en compte de tous les transferts, comme l’impôt sur les huiles minérales et l’impôt cantonal sur les véhicules à moteur, ils ont été pris en charge à hauteur de 85% par les usagers eux-mêmes. La collectivité a payé les 15% restants qui représentent des coûts externes liés à des accidents, à l’environnement et à la santé.

Quand je roule à vélo, je sponsorise les automobilistes.

Qui pourraient dire merci, je trouve.

Source: Les transports motorisés engendrent des coûts de près de 90 milliards par année