Le critique de vins, une subjectivité assumée – Le Temps

«Certains sujets s’imposent d’eux-mêmes: c’est le cas du champagne, qui fait l’objet d’un dossier chaque année avant les Fêtes dans le T Magazine. Dans ce cas précis, l’intérêt est aussi économique. Il s’agit d’attirer la publicité des grandes maisons de champagne. Ni les sujets à traiter ni les cuvées à sélectionner ne sont imposés. Mais la liberté n’est pas totale, impossible de parler des meilleurs vins effervescents de Suisse dans ce genre de numéro: les Champenois sont particulièrement jaloux de leurs bulles.»

Cela a le mérite de la transparence, mais ce qui serait bien, ce serait de prévenir les lecteurs dans le “T Magazine” lui-même. Je n’ai jamais compris la logique qui ferait d’un produit construit sur une logique “donnant-donnant” entre rédaction et publicité un journal crédible pour le lecteur.

A lire sur le site du Temps: Le critique de vins, une subjectivité assumée – Le Temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *